Yannick Moné, Unsa Autoroutes Sanef

Tél : 06 07 80 17 17 / E-Mail : unsa-sanef@orange.fr

mardi 22 juin 2021

Région Nord : le Responsable de Région s'entête en diminuant le temps de pause des patrouilleurs

Quand toutes les études démontrent que la somnolence est la première cause d'accident sur les autoroutes, notre nouveau Responsable de la Région Nord ne trouve rien de mieux, comme première mesure pour marquer son territoire, que de diminuer le temps de pause des patrouilleurs 3x8 malgré les accords et usages dans notre entreprise. Bravo ! Excellente initiative ...

Sanef, priorité à la sécurité ?
 

 

lundi 21 juin 2021

Vinci Autoroutes: 18eme fourgon percuté

Ce lundi 21 juin, un fourgon de patrouille a été heurté sur l'autoroute A10 alors qu'il était en protection d'un bus en difficulté.

18 véhicules d'intervention ont été heurtés sur le réseau VINCI Autoroutes depuis le début de l'année. Respecter le corridor de sécurité, c'est aussi respecter la vie des femmes et hommes en jaune qui assurent votre sécurité !
 
Plus que jamais, la prudence doit s'imposer sur la route, notamment à l'approche de chantiers
 


 

 

Temps de pause, le Responsable de la Région Nord persiste et creuse

Temps de pause, le Responsable de la Région Nord persiste.

Les prochaines jérémiades de la Direction sur la préservation de la santé de ses collaborateurs auront un arrière goût de fourberie.

 

 


pour ou relire relire le premier courrier : les Directeurs ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnait

dimanche 20 juin 2021

Interessement Groupe Sanef - Synthèse du 19 juin 2021

Un 4 pages spécial dédié à l'intéressement groupe, il fallait bien ça tellement ce sujet est innovant (prime groupe) et important pour les salariés.
 
Il ne pas oublier le principe que la formule de l'intéressement doit être aléatoire, ce serait trop facile de n'y mettre que des indicateurs maitrisables.
 
Toutefois, l'Unsa regrette la chasse actuelle à l'arrêt maladie. En rajoutant un indicateur lié à l'absentéisme, alors que la prime d'intéressement est calculée pour 50% en prenant en compte le présentéisme et pour les 50% suivant le revenu annuel (donc 2 indicateurs évoluant déjà en cas de maladie), la Direction renforce son hostilité envers les salariés malades.
 
C'est plus facile pour notre Direction de pénaliser des personnes ayant des ennuis de santé plutôt que de tenter de comprendre et d'accompagner ces salariés.
 
La maladie coûte déjà cher aux salariés en arrêt (perte d'éléments variables, perte de rémunération, perte de congés), l'Unsa juge inutile de les accabler davantage. En plus de l'impact personnel sur le montant, La Direction rajoute donc un impact collectif.
 
Enfin, rester stable dans les indicateurs ne suffira pas à garantir le même montant d'intéressement, seule la surperformance permettra des les améliorer d'une année sur l'autre, et donc d'en augmenter la somme.
 
à lire sans modération.
 
télécharger le lien imprimable : ici
 

vendredi 18 juin 2021

Val-d'Oise. La bretelle déformée de l'A16 reprise à la Croix-Verte

 Fin du Tape-Cul!

La déformation de la chaussée de la D301 au niveau de la bretelle de l'échangeur avec l'A16 à la Croix-Verte (Val-d'Oise) a été réparée.

Le chantier a consisté à un rabotage de la voie et sa couverture par un nouvel enrobé. ©Éric Bénard pour Sanef

Un défaut s’était formé sur la chaussée de la D301 au niveau de la bretelle de l’échangeur avec l’A16 à La Croix-Verte (Val-d’Oise), provoquant des réactions à risques d’automobilistes.

Une déformation est apparue à hauteur de l’ancien autopont, qui se trouvait à cet emplacement, jusqu’au début des années 90, et cadre de nombreux accidents, avant son démontage lors de la première transformation du carrefour, avec l’aménagement de la Francilienne.

Le récent problème engendrait le même effet de bosse, qui pouvait surprendre des automobilistes qui se dirigeaient vers l’A16.

Ce secteur avait été le dernier chantier réalisé par la société d’autoroute avant l’ouverture, en novembre 2019, du prolongement de l’A16 jusqu’à L’Isle-Adam.

La Sanef, maîtres d’œuvre du chantier d’aménagement du carrefour de la Croix-Verte, a pris en charge la réfection d’une portion du nœud routier.

Alerté par un usager de cet axe routier, le Département avait renvoyé l’incident à la direction régionale des routes, qui lui avait répondu que la situation était du ressort de la Sanef.

Celle-ci a réagi « dès connaissance de cette déformation, en mettant en place une limitation de vitesse et une signalisation adaptée afin de sécuriser et informer les automobilistes, dans l’attente de l’intervention de l’entreprise mandatée », précise la société d’autoroute.

Le 7 juin, en amorce du chantier de réparation, les bretelles D301-A16 ont été fermées.

La Sanef a mis en place des itinéraires de déviations par les giratoires de la Croix-Verte.

« Les travaux consistent à raboter la chaussée sur 7 cm de profondeur, à démolir la glissière en béton armée (terre-plein central), à appliquer une nouvelle couche de grave non traitée et à reprendre les enrobés en trois couches », détaille la Sanef à propos du chantier qui doit se terminer le 16 juin.

lire ou relire l'article sur "la découverte" du défaut de chaussée : https://sanef-autonomes.blogspot.com/2021/05/sanef-val-doise-le-toboggan-dangereux.html 

 

jeudi 3 juin 2021

La Lettre juin 2021, l'Inf'Autonome du Groupe Sanef

Bonjour à tous,

mise en ligne ce jour de notre 4 pages d'information sur les actualités sociales du groupe Sanef, l'Inf'Autonome.

au programme :
  • Le changement, c'est maintenant chez les Directeurs 
  • Epargne salariale et fond gestionnaire, le grand bluff
  • Mutuelle d'entreprise, Sanef lance un appel d'offre
  • Sanef ne se soucie guère des retraites de ses ouvriers et agents de maîtrise
Bonne lecture



Version pdf imprimable : ici










L'AG d'Atlantia (Benetton) valide la cession du gestionnaire Aspi

Les actionnaires du groupe autoroutier italien Atlantia, contrôlé par la famille Benetton, ont voté lundi la vente de sa filiale de gestion des autoroutes Autostrade per l'Italia (Aspi) à un consortium emmené par la Caisse des dépôts italienne (Cdp).

"La proposition du conseil d'administration a été approuvée par 86,86%" des actionnaires réunis en assemblée générale ordinaire, a indiqué Atlantia dans un communiqué. La part d'Atlantia dans Autostrade se monte à 88% du capital de l'entreprise.

La transaction valorise de fait 100% d'Autostrade à environ 9,3 milliards d'euros.

Depuis l'effondrement meurtrier du viaduc de Gênes en août 2018, dont Autostrade est le gestionnaire, la famille Benetton était sous forte pression pour vendre sa part.

Après ce drame, qui a coûté la vie à 43 personnes, le groupe Atlantia s'est retrouvé dans la tourmente car l'enquête a mis en évidence de graves manquements dans l'entretien du pont.

Après des mois de négociations tendues avec le précédent gouvernement dirigé par Giuseppe Conte, la famille Benetton avait fini par accepter, en juillet 2020, de se retirer des autoroutes italiennes.

Le gouvernement avait à l'époque lancé une procédure en vue d'une éventuelle révocation des concessions autoroutières d'Atlantia, avant de conclure un accord avec la famille Benetton.

Celui-ci prévoyait un important plan de maintenance et d'investissement et le versement par Autostrade de 3,4 milliards d'euros en compensation, notamment pour l'effondrement du pont de Gênes.

Le conseil d'administration d'Atlantia avait jugé à plusieurs reprises insuffisante l'offre soumise par la Cdp et les fonds Blackstone et Macquarie, mais la famille Benetton avait fait part de sa volonté de tourner la page.

Le titre Antlatia prenait plus de 3.1% à la Bourse de Milan après cette annonce, à 16.14 euros par action.

sources AFP 

 



mercredi 2 juin 2021

Atlantia, Autostrade, autoroutes, Italie : Sans Gênes

Atlantia tourne sans gloire la page des concessions autoroutières italiennes. La famille Benetton limite néanmoins les dégâts en obtenant un prix dans le bas de la fourchette de l'évaluation d'Autostrade per l'Italia (Aspi), qui doit lui permettre de se lancer dans une stratégie encore un peu floue.
 
« Grassa cucina, magro testamento ». Le proverbe italien résume à lui seul les deux décennies de privatisation des autoroutes italiennes auprès d'Atlantia. La boucle achevée par le concessionnaire d'Autostrade per l'Italia (Aspi) est ironiquement parfaite. Les clés données, en 1999, à la famille Benetton, son premier actionnaire, par Mario Draghi, directeur du Trésor, lui seront reprises par Mario Draghi, président du Conseil, trois ans bientôt après le dramatique effondrement du pont de Gênes.
 
lire la suite : ici  
 
sources : Les Echos

 

Vinci : le fourgon d'un patrouilleur percuté sur l'A10, entre Blois et Mer, un blessé léger

Ce mardi 1er juin au matin, le fourgon d'un patrouilleur, qui intervenait pour protéger un poids lourd en difficulté, a été heurté par un véhicule sur l’autoroute A10 en direction d'Orléans. 

 

crédit photo : Vinci 

Ce mardi 1er juin, alors qu'un patrouilleur intervenait afin d'aider un poids lourd en difficulté sur l'A10, entre les sorties n°17 vers Blois et n°16 vers Mer, son fourgon a été heurté par un véhicule qui roulait en direction d'Orléans.

C'est le quatorzième véhicule d’intervention heurté sur le réseau Vinci Autoroutes depuis le début de l'année 2021.

L’agent autoroutier, salarié de Vinci Autoroutes, n'a pas été blessé, mais "choqué par l’impact", a précisé la société d'autoroutes dans un communiqué. 

Le chauffeur du véhicule léger a quant à lui été légèrement blessé au moment du choc. "Les dispositifs de signalisation étaient pourtant activés".

lire la suite : ici

sources : La République du Centre


samedi 29 mai 2021

Travail: une "agression verbale" envers son supérieur n'est pas nécessairement une faute

Travail: une "agression verbale" envers son supérieur n'est pas nécessairement une faute

Il faut tenir compte de l'origine de cette attitude et elle peut être justifiée par le harcèlement moral qu'il a subi, indique la Cour de cassation dans une nouvelle décision.

 

L'accès d'énervement d'un salarié, qui commet une "agression verbale" envers son supérieur, n'est pas nécessairement une faute justifiant un licenciement, a observé la Cour de cassation.

Il faut tenir compte de l'origine de cette attitude et elle peut être justifiée par le harcèlement moral qu'il a subi, a admis la Cour.

Elle a jugé ainsi dans le cas d'un salarié qui avait manifesté une vive colère envers son supérieur et avait été aussitôt licencié pour "faute grave", c'est-à-dire sans préavis ni indemnité.

Le licenciement est au contraire dépourvu de cause réelle et sérieuse, a conclu la justice en accordant des dommages-intérêts à l'intéressé, en plus des indemnités de licenciement. La solution dépend des circonstances, mais en l'espèce, cette agression verbale résultait de l'état pathologique du salarié, lequel était la conséquence du harcèlement moral dont il était victime, ont observé les juges.

Le harcèlement se traduisait par une pression morale et une surcharge de travail ainsi que par une attitude rabaissante de la hiérarchie. Le salarié fournissait comme preuve une attestation du psychiatre qu'il consultait régulièrement depuis plusieurs mois pour le stress qui résultait de cette situation.

sources : AFP